Aller au contenu

Metaverse et immobilier : incertitudes et inégalités

  • par
incertitudes metaverse cryptomonnaies

Il y a plus de questions que de certitudes dans ce nouveau monde numérique qui s’annonce. Pour ceux qui ont l’intention d’acquérir des terrains en tant qu’investissement, ainsi que pour ceux d’entre nous qui travaillent dans les domaines de l’urbanisme, du marketing du metaverse, de la gestion immobilière, de l’architecture et d’autres professions connexes, il s’agit d’un scénario d’incertitude.

Parmi les préoccupations qui se posent quant au fonctionnement  du metaverse et de son activité immobilière et qui détermineront son développement futur, nous pouvons citer :

Accès aux crypto-monnaies :

l’un des principaux obstacles pour entrer sur le marché de l’immobilier numérique est que vous devez disposer d’un portefeuille de crypto-monnaies, plus précisément d’Ethereum, qui est la monnaie utilisée pour les échanges sur ces plateformes. Cela circonscrit évidemment le marché à une niche très spécifique qui dispose des ressources nécessaires.

Les escroqueries sont au coin de la rue

Les escroqueries et les pirates informatiques sont assez courants dans le monde numérique, surtout lorsqu’on négocie des crypto-monnaies. Certains investisseurs conseillent de suivre une formation de base pour renforcer la sécurité du portefeuille virtuel et ne pas s’engager dans de fausses transactions qui ne cherchent qu’à influer sur le prix des marchandises.

Marché spéculatif

Le prix des terrains dépend du prix des crypto-monnaies, ce qui est déjà un marché spéculatif. Lorsque la valeur de la devise que vous utilisez diminue fortement, le prix du bien immobilier diminue également. Republic Realm a payé un montant record de 4,3 millions de dollars pour un terrain sur la plateforme The Sandbox, sur lequel elle développe 100 îles, appelées Fantasy Islands, avec leurs propres maisons et un marché pour les bateaux et les jet-skis. Quatre-vingt-dix de ces îles se sont vendues le premier jour pour 15 000 USD chacune et certaines se revendent maintenant pour plus de 100 000 USD. Pour les investisseurs, la grande question est de savoir comment déterminer la valeur d’un bien dont la rareté est artificielle et dont l’avenir est une page blanche. C’est comme si vous achetiez un terrain n’importe où dans le monde en vous attendant à ce qu’il devienne New York ou Hong Kong dans un avenir proche.

Pas de régulateurs du metaverse

Comme pour les crypto-monnaies, le grand débat autour du métaverse est de savoir qui va réguler les transactions qui s’y déroulent, surtout lorsque les principales plateformes de négociation de biens immobiliers sont entre les mains de grandes entreprises technologiques qui n’ont pas non plus de réglementation pour les obliger à les gérer de manière transparente. Owen Vaughan, directeur de recherche à la société blockchain nChain, a déclaré qu’il est essentiel d’avoir l’assurance que ces plateformes ne changeront pas les règles du jeu ou n’affecteront pas la valeur des biens des gens.

Non réglementé mais taxé

Bien qu’il n’y ait actuellement aucun système en place pour réglementer ce marché, l’idée que certains pays puissent chercher des alternatives pour influencer la commercialisation des biens virtuels ne peut être écartée aussi rapidement. Second Life, l’une des premières communautés virtuelles et pionnière du métavers (2003), a annoncé qu’elle commencerait à prélever des taxes locales sur les ventes et les transactions effectuées par des utilisateurs résidant aux États-Unis.

Bien que le métavers soit un concept inconnu de la plupart des gens aujourd’hui, il est important d’examiner comment cette transition vers la numérisation de nos activités va se dérouler et qui sont ceux qui conduisent (et contrôlent) ce processus. Un premier coup d’œil montre que l’incursion dans le métavers se traduira par un scénario d’inégalités. Tout comme dans les premières années de l’émergence de l’internet, où un large pourcentage de la population n’avait pas accès et était laissé à la traîne par les avancées technologiques et économiques, le métavers semble se consolider autour d’une élite qui a les moyens de faire partie de cette expérience.

Du point de vue urbain, malgré toute la nouveauté du métavers et les inquiétudes concernant son développement, une leçon tirée du monde physique semble toujours s’appliquer : l’emplacement est important