Aller au contenu

Marketing bancaire et télétravail dans le métaverse

  • par
metaverse marketing reunion teletravail

De nouvelles possibilités numériques dans les mode de travail sont annoncées : selon Mark Zuckerberg, PDG de Facebook (ou Meta), ces 10 000 nouveaux emplois seront créés dans l’UE et t ces emplois seront entièrement technologiques, apportant avec eux des possibilités numériques et de nouvelles formes de télétravail. En outre, selon Bloomberg, le secteur du metaverse marketing pourrait générer jusqu’à 800 milliards de dollars d’ici 2024.

On estime que d’ici 2026, environ ¼ de la population mondiale passera au moins une heure par jour dans le métavers, selon le Metaverse Hype, une étude de l’Institut Gartner. Dans ce monde virtuel, parallèle à nos vies réelles, les gens s’adonneront au travail, aux loisirs, au shopping, à l’éducation, au divertissement et à d’autres activités.

Le télétravail dans le marketing du metaverse

Le télétravail est déjà un concept établi dans nos modèles d’entreprise, mais l’emploi en ligne et la collaboration à distance seront consolidés dans le metaverse avec des espaces virtuels dans lesquels il sera possible de tenir des réunions, de conclure des accords de travail et d’interagir « en première personne » avec d’autres collègues. Dans cette nouvelle réalité professionnelle, de nouvelles équipes seront formées avec des relations de travail hautement qualifiées sur le plan technologique et entièrement en réseau.

Comment les organisations peuvent-elles rendre un lieu de travail virtuel plus intéressant ? La réponse : le metaverse

Un monde virtuel où vous pouvez créer votre propre avatar et interagir avec les gens d’une manière plus engageante. Au lieu de participer à une conférence téléphonique où personne n’allume sa caméra, vous pouvez créer votre propre avatar et faire pratiquement n’importe quoi dans ce nouveau monde.

Il est évident que cet espace est encore très récent, mais il est essentiel de connaître les caractéristiques du metaverse, y compris les bonnes, les mauvaises et les meilleures, avant de s’y plonger ? Parce que, croyez-le ou non, dans quelques années, vous devrez le faire de toute façon.

Mais à quoi peut bien servir le metaverse en dehors de l’animation d’une simple réunion virtuelle – pourrait-il vraiment signifier quelque chose que nous ne pouvons même pas imaginer ?

Le marché évolue déjà dans cette direction. JP Morgan est l’une des banques qui est entrée dans l’univers du marketing metaverse, avec son salon Onyx. La Kookmin Bank, en Corée du Sud, a commencé à permettre des consultations individuelles entre clients et employés au moyen d’avatars, et à fournir des informations financières personnalisées à ses clients. En Amérique latine, un bon exemple est le marché brésilien, l’un des plus représentatifs de la région. En décembre de l’année dernière, Banco do Brasil a annoncé son entrée dans l’environnement virtuel avec un jeu vidéo. Là, le client peut ouvrir un compte pour son personnage afin de recevoir des avantages, et peut également travailler pour la banque, en conduisant la voiture blindée ou en remplissant les guichets automatiques.

Dans un avenir très proche, il sera possible de virtualiser les interactions avec les clients à des niveaux différents de ceux d’aujourd’hui. Nous pourrons peut-être nous rendre à un distributeur automatique de billets virtuel, transférer de l’argent vers le portefeuille numérique et faire des achats virtuels ; organiser une réunion avec l’avatar de notre directeur de banque – et tout cela également par l’intermédiaire de notre avatar, dans l’environnement metaverse – et grâce à toute la technologie intégrée à chaque étape de ces processus possibles.

Cette nouvelle économie en pleine expansion est encore une source de croissance inexploitée, et chaque institution définira le rôle qu’elle veut jouer et la manière dont elle peut tirer parti des possibilités d’expansion pour son entreprise et sa marque. C’est pourquoi de nombreux grands acteurs mondiaux développent des projets axés sur ce monde qui relie les personnes, les lieux, les activités et les choses du monde réel dans un environnement virtuel.

Mais pour que tout cela se produise réellement, il est nécessaire d’instaurer la confiance dans les actions développées dans le métavers. Il ne suffit pas de marquer sa présence, de se déplacer ou de monétiser virtuellement. Il est nécessaire d’établir des relations positives et solides avec le public. Il est nécessaire de s’aérer et de chercher l’inspiration en dehors des segments exacts et de compter sur des équipes multidisciplinaires issues du monde physique, par exemple. Anthropologues, architectes, designers et sociologues ont tous contribué au succès que peut connaître le métavers.

Aujourd’hui, ce que nous savons déjà, c’est qu’il s’agit sans aucun doute d’un espace potentiel pour le développement de nouvelles opportunités pour les institutions financières. Il faut donc être vigilant et suivre les mouvements et les nouvelles qui entourent ce sujet.

Enfin, partout où il y a des échanges de biens et de services, y compris dans les mondes virtuels, il y aura toujours une pertinence pour les services bancaires. L’écosystème doit donc poursuivre son développement technologique et établir des relations solides et de confiance.