Aller au contenu

Voyages dans le métaverse : une nouvelle opportunité pour le marketing touristique

  • par
voyage metaverse marketing

Le monde se transforme à un rythme accéléré. La culture du travail, les rencontres sociales, les voyages d’affaires, tout a radicalement changé depuis l’apparition de COVID-19 dans nos vies. Les êtres humains sont en train de construire de nouveaux paradigmes et le monde numérique est devenu un élément clé pour façonner les relations d’aujourd’hui. Le metaverse avec le marketing dans le tourisme est une possibilité qui peut ou non se concrétiser, mais en attendant, nous allons attendre et voir.

Si la possibilité que les gens cessent de voyager dans le monde réel pour partir en vacances dans le metaverse peut sembler « légèrement farfelue », qui aurait cru en janvier 2020 que tout le monde passerait à un bureau virtuel en quelques semaines seulement. Mais ce nouveau scénario, s’il s’installe, pourrait devenir un nouveau créneau pour les destinations touristiques. Ce nouveau scénario présente également certaines faiblesses qui font que, pour l’instant, il faudra attendre de nombreuses années avant qu’un metaverse avancé puisse constituer une véritable alternative aux vacances traditionnelles, par exemple,  en créant un monde en réalité augmentée en 3D dans lequel les gens pourraient participer et explorer en interagissant instantanément. D’autant plus que la technologie nécessaire pour le faire correctement n’est pas du tout pratique pour un usage quotidien.

Facteurs susceptibles de favoriser le succès du metaverse : les voyages d’affaires n’ont pas encore repris et l’impact du changement climatique

La principale faiblesse est que nous ne disposons toujours pas de la technologie appropriée pour pouvoir interagir dans le monde parallèle du metaverse. Les destinations pourraient utiliser le metaverse comme une vitrine, transformant leur présence en un office du tourisme, une agence et un service clientèle. Il est toutefois déconseillé de l’ignorer et d’y revenir dans dix ans, non pas parce qu’il s’agit d’une menace, mais parce qu’à bien des égards, il peut représenter une opportunité à ne pas manquer.

Le métaverse va-t-il révolutionner l’industrie hôtelière ?

Il y a beaucoup de choses auxquelles les destinations touristiques devraient déjà penser pour ne pas rater le train en marche. D’une certaine manière le metaverse est déjà là, et citons comme exemples les jeux vidéo en réalité virtuelle, les crypto-monnaies, les systèmes de navigation par satellite sur les mobiles ou les expériences immersives d’achat en ligne.

Et dans le cas spécifique du secteur, il existe déjà des entreprises de visites virtuelles, opérationnelles depuis quelques années, ou de nombreux hôtels et destinations qui permettent à l’utilisateur de les visiter en 3D, sans compter l’intérêt croissant pour l’acceptation des paiements avec des crypto-monnaies.

Acheter un terrain dans un monde virtuel ?

Pour ne rien arranger, des parcelles de terrain virtuelles sont déjà vendues pour des sommes à six chiffres, comme lorsque les gens achetaient des noms de domaine, de sorte qu’un accaparement des terres semble avoir lieu.

En ce sens, les destinations peuvent se demander quel intérêt elles ont à entrer dans le Metaverse alors qu’elles souhaitent vraiment que les gens leur rendent visite dans le monde réel. Toutefois, Cendra suggère qu’ils utilisent leur présence dans ce monde parallèle comme une vitrine pour la destination, « quelque chose comme un site web surdoué, permettant aux gens de se promener dans les rues, de vérifier les restaurants, d’explorer les hôtels potentiels et plus encore ».

Mais il suggère également aux destinations de réfléchir à leur impact sur les ventes et les expériences de réservation, car leur présence dans le metaverse pourrait devenir « un office du tourisme, une agence de voyage et une équipe de service clientèle tout en un ». Des bots ou des équipes de travail à distance pourraient répondre aux questions des gens, leur faire des recommandations, leur trouver des offres et résoudre leurs problèmes ».

Tout cela nécessitera bien sûr de nouveaux outils et technologies pour surveiller l’engagement, mesurer son impact sur la réputation et interagir avec le public.  Et si aucune destination ne devra embaucher 10 000 personnes pour construire son metaverse comme le fait Facebook, toute stratégie de destination intelligente commence à prendre en compte tout cela pour donner envie aux gens de visiter et de revenir. Ironiquement, dans ce monde de réalités alternatives, il n’y a pas de choix : il faut sauter dans le train en marche ou risquer que la destination cesse d’exister.